Sélectionner une page

L’église de Corlay a été pillée et vandalisée dimanche 28 juillet. Un nouvel acte contre un édifice catholique qui n’a suscité pour l’instant aucune réaction, notamment politique.

Corlay : voleurs et vandales souillent l’église

Les dégradations et pillages d’église ont la fâcheuse tendance de se multiplier ces derniers mois en Bretagne. En février 2019, les Côtes d’Armor connurent déjà une série de cambriolages : les églises de Plélo, non loin de Saint-Brieuc, de Saint-Quay-Portrieux, d’Uzel et de Merdrignac furent alors prises pour cibles. Dans un silence des responsables politiques et des autorités déjà assourdissant…

Dimanche 28 juillet, toujours dans les Côtes d’Armor, c’est l’église de Corlay (à l’ouest du département) qui a cette fois été visée par des cambrioleurs. Qui ont aussi joué les vandales.

Les faits se sont vraisemblablement déroulés dans l’après-midi, quand le bourg était calme. Une fois dans l’église, les pillards ont arraché un tronc scellé dans l’autel afin de le vider de son contenu. Mais pas question pour cette basse engeance de quitter les lieux s’en s’adonner à des dégradations gratuites. Les cambrioleurs ont ainsi arraché un tableau avant de souiller l’intérieur de l’édifice avec un extincteur à poudre. Ce qui a eu pour conséquence d’entacher le mobilier, le dallage et le parquet du chœur d’une pellicule blanche.

Église attaquée : silence des élus et des autorités

Depuis, l’église de Corlay, propriété de la mairie, a été fermée au public en attendant d’être nettoyée. Un office religieux y a lieu tous les quinze jours. En parallèle, la gendarmerie a ouvert une enquête.

De son côté, le maire de Corlay Pierre-Yvon corbel commente, impuissant, les faits : « Si encore ils s’étaient contentés de voler le tronc. Cela aurait été un moindre mal. Ils n’avaient pas besoin d’en rajouter ». Avant de relativiser : « cela aurait pu être pire, ils auraient pu mettre le feu… »

Compte tenu des multiples incendies ayant frappé des édifices religieux catholiques ces derniers temps, on en viendrait presque à considérer les cambriolages et les dégradations d’églises comme un moindre mal. Loin, très loin, d’un discours qui devrait être nécessairement plus offensif.

En attendant, pas le moindre signe de réaction de la part de la préfecture des Côtes d’Armor pour enfin prendre le problème de ces pillages d’églises au sérieux. Pas plus que du député de la circonscription Marc Le Fur et, plus généralement, des élus bretons. Les voix sont donc bien rares à s’élever pour dénoncer cette nouvelle attaque contre notre patrimoine.

Face à la vulnérabilité à laquelle sont confrontés les édifices religieux, rappelons que certains catholiques ont décidé de ne plus baisser la tête et d’assurer eux-mêmes la surveillance des bâtiments en lançant l’initiative Protège ton église.