Sélectionner une page

C’est la première fois, à Dinan, qu’une liste d’extrême droite se constitue pour des élections municipales. En mars prochain, les Dinannais auront donc le choix entre trois listes, si chacune d’entre elles réunit bien 35 colistiers avant le 28 février.

Après Michel Forget et le maire sortant Didier Lechien, c’est au tour de Gérard de Mellon de se porter candidat. Ce dernier a annoncé sa candidature, lors de la traditionnelle galette des Rois du Rassemblement national des Côtes-d’Armor organisée, cette année, à Ruca (près de Matignon). Il était entouré, notamment, de Thierry Mariani, ancien ministre sous Nicolas Sarkozy, et actuel député européen RN, et d’Odile de Mellon, déléguée départementale du Rassemblement national et épouse du candidat de Dinan.

Conseiller régional RN, Gérard de Mellon, 72 ans, n’est pas à son premier coup d’essai en matière de campagne électorale, et notamment pour les municipales. En 2014, il était tête de liste Front national à Rennes. Il a également été candidat aux élections départementales de 2015, dans le canton de Dinan, où il a fait un score de 16 %. « Aux Européennes, notre parti politique a fait près de 15 % à Dinan. Nous avons donc un socle qui nous permet d’espérer rentrer au conseil municipal, si nous faisons plus de 10 % et si nous arrivons, bien entendu, à compléter la liste, ce dont je ne doute évidemment pas », affirme le candidat.

« La liste est soutenue officiellement par la droite populaire de Thierry Mariani et par le Parti chrétien démocrate (PCD) de Jean-Frédéric Poisson », a-t-il été précisé.

« Combattre le macronisme »

« Nous avons examiné la situation politique telle qu’elle est à Dinan, poursuit le candidat. Il y a une liste de gauche, qui est écologiste, menée par Michel Forget et qui prétend réunir l’ensemble de la gauche. Mais il est assez peu probable qu’il puisse avoir la capacité de réunir toutes les forces de la gauche d’ici les élections. Et puis, il y a la grande liste, celle du donjon, celle qui est inexpugnable soi-disant, celle de Didier Lechien. Il ne dit pas son nom d’ailleurs, puisqu’il se présentera sans étiquette. »

Gérard de Mellon est « plein d’espoir, plein d’allant et d’énergie ». Avec ses colistiers, dont Anne Vaneecloo, 48 ans, juriste dinannaise, le candidat est allé « à la rencontre des gens dans les barres HLM, dans les rues, les marchés. J’ai envoyé un questionnaire pour prendre la température de la ville et nous voyons bien que Didier Lechien n’est pas du tout sur l’Olympe dans la population. Il ferait mieux de se méfier ».

Le candidat RN a aussi souligné sa volonté de « combattre le macronisme ». « Si Didier Lechien dit qu’il est sans étiquette, il y en a au moins une que l’on peut lui donner, c’est celle de macroniste. Didier Lechien, c’est la Macronie à Dinan. C’est ça que nous voulons combattre et il ne suffit pas de mettre son drapeau dans sa poche pour édifier les populations. »

 

Gérard de Mellon présentera son programme début février et organisera une réunion publique en mars, avec un invité d’honneur. « En attendant, je reste présent sur le terrain et je vais à la rencontre des Dinannais. »